NON.

Non je l'ai pas prise, non je ne la prends pas et non je ne la prendrai jamais.

 

pilule-contraception

 

Non je ne veux pas m'enfiler une dose d'hormones phénoménale tous les jours. Qui vont me foutre le corps et le cycle en l'air, m'assécher les muqueuses, perturber ma production de sébum, me faire prendre ou perdre du poids et autres joyeusetés. Dont seulement 10% pourront être utilisées effectivement comme contraceptif, tandis que les 90% restants, non assimilés par ma voie digestive, iront se mettre directement dans mes urines et partiront dans les eaux telles quelles.

Non j'ai pas envie de participer à la baisse de fertilité mondiale en envoyant ces hormones dans la flotte. Pour que ça fiche en l'air le cycle reproductif de milliers d'espèces, que ça n'aide pas les poissons menacés à reconstituer leurs populations, que ça fasse des mutations bizarres qui ne donnent plus que des femelles.

Non je veux pas cautionner l'industrie pharmaceutique. Qui nous a habitué-e-s à prendre sans moufter des pilules issues de leurs labos, sans qu'on sache vraiment ce qu'il y a dedans, ni d'où ça vient, ni comment c'est produit, ni comment ça marche. Qui brasse des millions et clame faire des recherches contre le cancer ou autres graves maladies (ce qui est très bien) mais colle aussi régulièrement des procès pour discréditer des médecines qui ont soigné les gens pendant des siècles, et pas forcément plus mal que la médecine actuelle, sauf cas graves évidemment. Qui n'a pas de transparence du tout et dont je ne sais pas où elle met ses sous, en fait. Qui est bourrée d'effets secondaires dont on n'avertit pas les patients, conduisant parfois jusqu'à la "mort naturelle" d'enfants de 12 ans.

femmes et pilule

Non j'ai pas envie d'obéir comme une petite fille bien élevée et de ne pas réfléchir. De prendre ce qu'on me dit sans réfléchir à mon corps, à son fonctionnement, à son rôle sur la planète et dans la société. De ne pas penser à d'autres solutions, à d'autres façons de faire, de ne pas regarder plus large, plus loin, plus englobant, pour voir mieux et pouvoir choisir.

Non j'ai pas envie de me penser protégée contre une grossesse non désirée en oubliant complètement les maladies sexuellement transmissibles. Qui ne sont pas trouvables uniquement chez les homosexuels, mais qui concernent bel et bien tout le monde. Qui n'incluent pas que le HIV mais tout un tas de maladies pas cool que je n'ai pas envie d'attraper, ni de transmettre à mes partenaires. Qui n'arrivent pas qu'aux autres.

Non je n'ai pas non plus envie de revenir en arrière et de me payer une grossesse tous les ans (et éventuellement des avortements dangereux pour éviter des enfants non voulus). Alors il y a d'autres solutions, beaucoup moins polluantes, moins pratiques peut-être mais qui fonctionnent. Le préservatif bien sûr, qui n'est pas le tue-l'amour qu'on croit, si on sait l'utiliser. Et qui est l'une des meilleures protections contre les MST. Je note au passage que je cautionne un seul type d'hormones : celles de la pilule "du lendemain" en cas de craquage/perte du présa. Mieux vaut une dose d'hormones un peu forte 2-3 fois dans une vie que tous les jours, ou qu'une IVG, à mon avis. Le DIU marche aussi, bien qu'il soit difficile à poser parfois, agressif pour le corps pour celui au cuivre (je refuse de parler de celui aux hormones). Il y a la stérilisation, qui fait hurler bien souvent mais qui est une excellente contraception si on ne veut pas/plus avoir d'enfants (je pense principalement à la stérilisation masculine, car elle n'influe pas sur la vie/santé de l'homme, contrairement à la stérilisation féminine qui est une sorte de "ménopause préprovoquée" avec tout ce qui s'ensuit) (mais les deux sont envisageables). Mais elle ne protège pas contre les MST bien sûr. Et puis il y a une solution dont on parle peu, et qui pourtant est belle, respectueuse, fait réfléchir, et est source d'éclate totale et de plaisir (croyez-moi) : l'amour sans pénétration, aussi appelé safe-sex. Ca implique de découvrir le corps autrement, de remettre en cause le rapport pénétratif, de cesser de mettre la sexualité dans des cases rigides. C'est 100% sûr en termes de non-conception, et également plus sûr niveau MST, même si comme toujours il y a quelques précautions à prendre. Si ça vous intéresse, on en reparlera.

 

pilules1

 

Je ne juge pas les femmes qui prennent la pilule... mais si, en fait, je les juge quand-même. Je trouve que c'est un manque de responsabilité et d'information. C'est un peu la "solution de facilité" à mon avis, peu responsable et peu critique. Et elle pose actuellement d'énorme problèmes environnementaux. Et je trouve que dans le monde d'aujourd'hui, on n'a plus le droit de ne pas agir de façon responsable envers l'environnement. C'est un problème majeur et urgent. Et l'effort commence par les petits gestes que chacun-e peut faire. Comme ne pas prendre cette satanée pilule. Ce n'est que mon avis bien sûr, mais j'espère très fort qu'il vous fera réfléchir...

 

Prenez-vous ou avez-vous pris la pilule ? Ou est-ce que votre partenaire prend la pilule ? Si vous la preniez, pourquoi / comment avez-vous arrêté ? Qu'utilisez-vous comme méthode contraceptive ? En êtes-vous satisfait-e ? Que pensez-vous des hormones ? Vous sentez-vous concerné-e par la pollution des eaux ? Pratiquez-vous (de façon consciente et volontaire) l'amour sans pénétration ? Pour quelles raisons ? Avez-vous d'autres solutions pour éviter la pilule ?