La Chevelue

25 septembre 2016

Demain, des alternatives et ptet des pavés

Je viens juste partager quelques infos à propos du film DEMAIN de Mélanie Laurent et Cyril Dion. Un film qui explore un vaste pannel d'alternatives durables et plus logiques, plus sensées que le modèle capitaliste actuel, tant au niveau de l'agriculture, que de l'économie, de l'éducation et bien d'autres points.

La bande-annonce :

Et j'ai trouvé aujourd'hui un très bon article qui, sans dire que le film est mauvais, le critique d'une façon constructive en disant que les alternatives présentées sont certes belles, certes utiles, certes souhaitables, et de plus à la portée de tout le monde... mais insuffisantes. Qu'à un moment ou un autre, les gens et entités qui tiennent ce monde d'une main de fer pour le garder sous la coupe capitaliste ne sont plus d'accord avec les alternatives. Que celles-ci ont le droit d'exister mais jusqu'à un certain point, et qu'elles ne serviront donc pas à changer le système en profondeur. (Et puis, de toute manière, le système est pourri dans son essence même, mais bon, c'est juste mon avis hein.)

Je ne sais pas complètement si je pense qu'il faudra faire des révolutions ou choses dans ce genre au jour. Je ne sais pas non plus si les alternatives présentées dans DEMAIN peuvent suffire à changer le monde. Mais je trouve toujours intéressant d'en discuter, de proposer des solutions, d'imaginer comment faire, porté-es par un désir de participer à l'émergence d'un meilleur système.

Quel est votre avis ? Alternatives ou révolution pour changer le monde ?


19 septembre 2016

Top-models

taaaaa

Je ne pouvais pas voir cette vidéo sans la poster : il s'agit d'une liste de mannequins célèbres qui ne correspondent pas aux clichés de beauté standard. L'un est entièrement tatoué, une autre est atteinte du syndrome de Down, un troisième a perdu une jambe... Cette vidéo me rend heureuse, car même un milieu aussi terriblement élitiste et sévère que celui de la mode peut apparemment valoriser l'apparence physique de personnes habituellement considérées comme "pas belles" par la société. Je n'ai encore jamais vu de publicités dans les rues qui représente une de ces personnes, mais j'espère en voir un jour, et si possible de plus en plus : cela rétablirait une image plus diversifiée de l'être humain.

(Je suis désolée pour les non-anglophones, cette vidéo est en anglais. Vous pouvez activer des sous-titres en français.)

10 MOST UNUSUAL FASHION MODELS IN THE WORLD

18 septembre 2016

On est pas paumées, tiens

Salut poilu, on va parler sexualité aujourd'hui ! J'ai trouvé un excellent article qui résume l'histoire des croyances sur la sexualité des femmes, la perception de cette sexualité hier et aujourd'hui, selon les pays, selon les sexes, etc. C'est vraiment très bien écrit, plutôt complet et ça démonte un grand nombre de clichés et d'idées complètement fausses (à la poubelle, monsieur Freud, vous m'entendez ? à la poubelle, vos théories à la gnurf). En résumé : je vous recommande très chaudement de le lire !

Les femmes, leurs désirs, leur plaisir et leur orgasme - Antisexisme.net

Pour la suite de cet article, je vais partir du principe que vous avez lu l'article en lien ci-dessus, ou du moins que vous avez une connaissance globale de ce qu'il énonce, que vous êtes ouvert-e d'esprit, que vous remettez en cause le patriarcat et la domination masculine en particulier sexuelle, bref : que vous êtes antisexiste, y compris dans votre vision de la sexualité. Je vous annonce aussi que les commentaires sont surveillés de près et que je n'hésiterai pas à supprimer ceux qui seraient déplacés ou agressifs ou ce genre de choses désagréables.

 

med2

Comme je n'allais pas mettre des photos de Q pour illustrer cet article, j'ai choisi des tableaux connus (ou moins connus) de séduction, avec un petit jeu : lequel des deux protagonistes est le plus actif dans la séduction, et lequel se "laisse faire" ? Ou peut-être sont-ils sur pied d'égalité ?

 

Du coup, je vais parler de moi. Ben ouais quoi, j'ai beaucoup lu de choses sur la sexualité, les rapports Kinsley et Hite, tous ces machins très biens, mais je ne suis pas sexologue, rédiger d'une façon scientifiquement correcte, j'ai déjà fait, ça me gonfle, et d'autres le font bien mieux que moi (par exemple dans l'article sus-mentionné). De plus, je ne me sens pas habilitée à faire des généralités sur un sujet que je ne connais que de mon propre point de vue, de ma propre expérience. Du coup, je vais donc présenter mon point de vue et mon vécu (non, vous n'aurez pas de détails personnels, rangez-moi ce sourire gourmand au placard).

J'ai eu beaucoup de chance dans ma vie sexuelle jusqu'ici. J'ai eu des partenaires très différents, dans des situations variées, et tous ont été respectueux et ouverts. A différents degrés, bien sûr, et c'est ce dont je veux parler. J'ai moi-même, bien sûr, beaucoup évolué dans ma vie sexuelle, dans ma perception de mon corps, dans mon désir de l'autre, dans mon activité, etc.

J'étais assez peu (c'est un euphémisme) confiante en moi du point de vue de tout ce qui touchait au corps, dans mes débuts. Et puis j'ai lu sur le polyamour et l'antisexisme, je me suis documentée, j'ai travaillé sur moi-même... et j'ai en quelque sorte décidé de prendre le faune par les cornes. J'ai assumé, je ne sais pas encore très bien comment, ma sexualité. Je pense que j'avais compris une chose que je trouve aujourd'hui encore très importante et intéressante : que pour être respectée dans mon corps de femme, pour qu'on ne marche pas sur ma sexualité, sur ma personne, il fallait que je l'investisse totalement, que je la fasse mienne, que j'apprivoise ce corps et son fonctionnement. Il fallait que je sache ce que je veux ou non, que j'exprime ce que je ne veux pas, et aussi ce que je veux. Que je m'exprime. Que je me pose en force dans mon propre lit, si vous voulez. Et ça a très bien marché, en globalité. Je pense que les partenaires intéressés comprenaient vite avoir affaire à une femme qui savait ce qu'elle voulait - ou pas. Et du coup, me respectaient.

arthurhuges

La belle Dame sans mercy de Arthur Hughes

 

Un peu plus tard, je me suis un peu calmée, ma vie sexuelle est devenue plus tranquille. J'ai compris une chose également cruciale : que le sexe n'est pas nécessaire. Ni dans une vie, ni dans une relation. On peut être une personne très épanouie et heureuse sans partager de sexe (ma meilleure amie est asexuelle et c'est l'une des personnes les plus développées dans sa vie que je connaisse). On peut même être dans une relation très amoureuse avec une autre personne (ou plusieurs) et ne pas partager de sexe. Pas du tout. Ou pas pendant un moment. Ou seulement de temps en temps. Ou beaucoup en mars, et rien en avril. Ou seulement d'une certaine manière. Et cela, même si l'une des deux personnes a plus de désir que l'autre (c'est un point très très important sur lequel je reviendrai dans un prochain article).

Aujourd'hui, je me sens bien. Je suis en accord avec ma sexualité. J'ai des périodes où j'ai une libido incroyable, d'autres où le désir me fuit comme le sommeil fuit mon ami le Renard (insomniaque patenté). Et je suis ok avec les deux. J'ai parfois du désir pour une personne croisée sur un chemin, parfois pas pour ma-on partenaire du moment. Je sais que mon désir est très fluctuant, qu'il est relié à tout un tas de trucs dans ma tête, dans ma vie, dans les hormones, dans les saisons... et je l'accepte. Voilà en gros.

 

lancret

Le nid d'oiseau par Lancret

 

Sauf que dès que j'entends parler de sexualité, que je lis ci ou ça, j'ai l'impression de vivre un peu dans une bulle. La réalité de la sexualité des femmes est assez terrible. Il y a toujours des tas de viols et de violences sexuelles, et il y a aussi d'énormes méconnaissance et incompréhension du corps des femmes et de son fonctionnement. La plupart des femmes ont toujours des difficultés à obtenir du plaisir, beaucoup font l'amour pour faire plaisir à leur partenaire (ici je vais prendre un partenaire masculin, donc une sexualité hétéro, ce sera plus simple et ça représentera la majorité, et de plus je sais que la sexualité homo est souvent très différente en termes d'écoute, de respect, etc. bref : elle est différente et ce n'est pas ça dont je parle ici). Beaucoup de femmes simulent régulièrement l'orgasme. Il me semble que les gens, hommes comme femmes, voudraient tous-tes recevoir plus de sexualité orale, du coup ça doit bien venir du fait que ces gens aiment la recevoir mais peut-être pas la donner (j'sais pas, supposition hein). J'ai aussi l'impression que la communication au sujet de la sexualité est mauvaise dans la plupart des couples, que les partenaires sont frustré-es mais ne savent pas trop comment régler ces problèmes, donc n'en parlent pas et ça tourne lentement au vinaigre...

L'article que j'ai cité plus haut énumère très bien les clichés qu'on associe à la sexualité des femmes : elle serait passive, réceptrice, insatisfaisante pour elles, leur plaisir serait difficile à obtenir, ce serait une conquête de haute lutte pour le partenaire masculin... Et j'en oublie.

C'est triste, bon sang ! J'ai la preuve, dans ma propre expérience, que la sexualité féminine peut au contraire être très active, généreuse, volontaire, satisfaisante, extrêmenent désirée, tout à fait partagée avec le partenaire...

 

med1

 

Cependant, si je suis tout à fait honnête, je dois bien dire que ma vie sexuelle à moi n'est pas toute rose non plus. Les bonnes choses ont été présentes, mais largement pas tout le temps. Peut-être plus que pour d'autres femmes, j'ai eu de la chance, voilà. Mais j'ai aussi eu l'impression parfois de ne pas être comprise, de ne pas pouvoir m'exprimer, de ne pas être entendue dans ce que je disais, de ne pas être dans une vraie situation de partage, d'être vue comme dans un cliché d'une sexualité centrée sur l'homme qui ne me convenait pas, de donner plus que je ne recevais, et même, chose étonnante pour moi, j'ai eu la peur, la frustration, de la frigidité. Quand je n'avais pas de désir, parfois, je n'étais pas en accord avec mon corps mais j'aurais voulu au contraire qu'il réagisse, qu'il réponde présent. Alors qu'à ce moment-là, il avait juste envie d'être tranquille.

Une chose intéressante, c'est que j'ai eu ce genre de problèmes avec mes partenaires les moins ouverts, les plus traditionnels dans leur sexualité, les plus enclins à adhérer au cliché (par exemple celui que faire l'amour veut dire forcément pénétration vaginale, bwaa mais quelle bêtise). Au contraire, mes partenaires les moins genrés, les moins sexistes, les moins préoccupés de leurs sacro-saintes virilité et performance ont été, et de très loin, les plus satisfaisants sexuellement. J'dis ça j'dis rien...

 

johnwilliamwaterhouse0

La belle Dame sans mercy de John William Waterhouse

 

Ce qui m'embête, en fait, c'est que les femmes sont paumées.

Celles qui adhèrent aux clichés sur leur sexualité passive et chiante (pour faire court ^^) ne sont pas satisfaites, ne sont pas heureuses, ne sont pas comblées. Elles essaient de correspondre au cliché et d'y trouver leur bonheur, certaines y arrivent certainement mais la plupart restent frustrées, se demandent "ce qui ne va pas" avec elles, ou se leurrent, se mentent constamment pour se faire croire qu'elles sont comblées, tout en sachant quelque part au fond d'elles-mêmes que c'est faux (j'en connais une pétée qui sont dans ce cas-là).

Et celles qui, comme moi, sont du genre à jeter au bûcher les clichés, à lire, à discuter, à explorer, à travailler pour ne pas se faire courber l'échine de force, elles vont peut-être un peu mieux mais pas forcément. Elles aussi, elles ont des problèmes de communication, notamment parce qu'elles ne savent plus très bien ce qu'elles veulent. C'est extrêment difficile de s'y retrouver, quand on déconstruit tout ça ! Par exemple, j'aime être active dans ma sexualité (si c'est pour faire l'étoile de mer je préfère encore dormir ou me faire masser les pieds), mais j'aime aussi qu'on s'occupe entièrement de moi parfois. Ou j'aime me sentir active sexuellement, mais je veux aussi respecter mes fluctuations de désir et, surtout, ne jamais forcer mon corps s'il n'a pas envie... Au final je suis tiraillée, je ne sais plus très bien ce que je veux vraiment ou ce qui est (dé)construit. Et puis il y a les souhaits de mon partenaire là-dedans, ses préférences, ses façons de faire. En plus, j'apprécie quand mon partenaire me demande ce qu'il souhaite, tout en me laissant libre d'accepter ou non, bien sûr... Mais après, j'ai de la peine à me décider, car je ne sais plus ce que je fais par envie personnelle ou pour faire plaisir à mon partenaire. C'est compliqué !!

 

satyre

Nymphes et satyres par William Bouguereau

 

Ce que j'aimerais, c'est qu'on jette loin les clichés ! Il y a tellement de choses à explorer dans la sexualité, et c'est déjà tellement complexe comme ça, entre ce que l'on veut et ce que veut le partenaire, en plus que ça varie tout le temps, pour qu'on rajoute des cadres stupides qui nous rendent malheureux et frustrés quand ils sont là et nous foutent le bordel dans nos désirs et pensées quand on les enlève... Ce serait tellement plus chouette de juste se retrouver avec une personne et de voir (et réaliser peut-être) ce dont on a envie ensemble. C'est bien ça, le sexe, au départ !

14 septembre 2016

Les 25 inattendus

Bonjour petits rhinolophes !

Vous avez peut-être remarqué que j'aime bien répondre à des tags, généralement sans être tagguée et en les modifiant fortement à ma sauce. Et ça fait un bon moment que j'en vois tourner un qui me fait de l'oeil, il s'agit des "25 choses sur soi", ce qui me plaît beaucoup vu que c'est un tag complètement libre. Donc, en vrac et pas trié, 25 choses sur moi qui n'ont rien à voir avec ce dont je parle d'habitude sur ce blog :

1. J'écris de la poésie. Depuis des années, et beaucoup. Ca vient en phases, parfois je peux écrire plusieurs poèmes par jour et ensuite pendant des mois, plus rien. Je préfère de loin la prose poétique et surtout, irrégulière (ce qui permet des effets de rythme et de styles) aux vers. Mes thèmes sont très récurrents : l'obscurité, la Nuit, le Vent, la Nature, les arbres, la liberté, mes rêves et visions intérieures... L'automne est généralement ma saison créative au niveau poétique ; je me souviens de mon automne au Québec, où j'avais été si inspirée par les couleurs et les migrations des oies que j'avais écrit plus de poèmes que n'importe quand dans ma vie !

 

Atelier-Volute

 

2. Je suis d'origine polonaise, des deux côtés, mais je ne suis jamais allée en Pologne, ne parle pas un mot de polonais et n'ai rien reçu de mes parents à ce sujet à part des noms de famille beaucoup trop compliqués pour les francophones. Je compte bien aller voir la Pologne un jour (ou plus). Tout de même.

3. J'ai plein de carnets vides. J'en achète tout le temps car je sais que je vais les utiliser un jour ou l'autre. J'en utilise beaucoup, pour mes écrits, mes idées, mes griffonnages, ma musique, mes projets : tout.

4. Je suis francophone de naissance mais après des années à étudier des langues germaniques, la logique grammaticale germanique m'est plus familière que la logique latine.

5. J'ai pris l'avion pour la première fois à 5 mois. Aucun souvenir.

6. Aujourd'hui, je ne prends plus l'avion. Le Québec était mon dernier voyage par la voie des airs. Je ne veux plus utiliser ce moyen de transport si polluant, de plus je trouve plus intelligent de découvrir déjà ce qu'il y a autour de moi, et l'Europe regorge de merveilles ! Si je retourne au Canada, ce sera autrement. Et tant pis pour la Patagonie et la Bolivie, qui pourtant me diraient bien.

 

Chouette-effraie-09-Chouette-et-hibou

 

7. J'aime les chouettes, énormément. Tous les oiseaux en globalité, mais les rapaces nocturnes sont un peu à part pour moi.

8. Ainsi que les Corvidés.

9. Je ne suis jamais allée à l'hôpital (pour des visites, oui, mais pas en tant que patiente).

10. Je porte des lunettes depuis l'âge de 8 ans. Myopie.

11. J'ai la phobie des portes dans mon dos. Je m'installe toujours de façon à pouvoir voir les entrées d'une pièce. Si je suis forcée de m'asseoir dos à une porte, je panique intérieurement. Généralement je demande à pouvoir changer de place, en m'excusant de l'absurdité de ma phobie. J'ai aussi la phobie des nombrils d'ailleurs, enfin, de toucher des nombrils, y compris le mien (quel cirque quand je dois le sécher après la douche !).

12. Je ne veux pas d'enfants. Jamais.

13. Quand je commence à broder, je deviens une vraie furie. J'ai brodé une carte de la Scandinavie de 2x2.20 mètres : toutes les côtes, toutes les îles, toutes les frontières régionales et plein de noms de lieux. Je compte en faire une de la Suisse également. C'est quelque chose qui m'absorbe complètement.

14. Les deux langues que je parle le mieux sont deux de celles dont j'aime le moins la sonorité : français et anglais. Je suis complètement amoureuse des sonorités scandinaves (comme on pouvait s'y attendre), le suédois est bien sûr mon petit préféré, bien que je ne le parle pas encore parfaitement c'est la langue que je préfère prononcer je crois, et même le danois me fait chaud au coeur (même s'il me fait marrer en même temps, arf). Et en ce moment, petit coup de coeur pour le néerlandais. J'adore les langues et dialectes et voudrais en apprendre plein : norvégien nynorsk, polonais, islandais, tchèque, russe, une langue amérindienne, saami, féringien...

15. J'ai littéralement HORREUR de la couleur rose et de ses cousines comme le violet, le parme, le mauve... Le bordeaux ne doit pas avoir la moindre envie de tirer sur le violet pour que je puisse l'apprécier. Je ne sais pas si je déteste ces couleurs car elles sont associées à une image de la féminité que je désapprouve, ou si c'est juste parce que les porter me donne un teint de cadavre... Bon, sur les fleurs, ça va, je les apprécie.

16. Je ne m'épile pas, ni ne me rase. Rien du tout. Mes poils sont libres et aimés.

17. Je sais lire l'hébreu et les runes nordiques (plusieurs alphabets). Couramment.

 

jelling

 

18. Bottero est l'un de mes auteurs préférés auquel je reviens toujours. Bjorn, Artis, Edwin, Illian, Maniel... sont des personnages très chers à mon coeur. Mes préférés sont Ellana et Salim : les marchombres. Evidemment. En ce moment je suis en pleine replongée dedans : quel bonheur !

19. Je n'aime pas l'eau. Enfin, je n'aime pas me baigner. La mer et l'océan me font peur, je suis d'accord pour naviguer dessus mais pas pour mettre la moindre partie de moi dans leurs eaux. Je n'apprécie de me baigner que dans les petits lacs et dans les rivières, si possible avec une eau très froide et très claire. Et encore, c'est très rare.

 

torrent

 

20. J'ai eu de très gros problèmes orthodontiques qui font que je porte un appareil depuis 8 ans maintenant. Si tout va bien, on est bientôt au bout...

21. J'ai monté à cheval pendant plus de 10 ans. J'aime les chevaux, leur odeur, les poils qu'ils mettent partout sur nos vêtements, leur rapidité, leur générosité, leurs trouilles, le toucher de leurs sabots quand on les cure, l'ondulation de leur galop, leurs coups de folie, les endroits où ils aiment qu'on les gratte, leurs dos que je sais si fragiles que je n'ai presque plus envie de monter dessus... C'est toute une partie de ma vie, aujourd'hui terminée car je ne veux plus soutenir la captivité et traitements inadaptés à ces gros animaux dont la place est dans les grandes plaines. Libres.

22. Je suis une brêle totale avec les chiffres. Je peux me tromper dans des calculs hyper simples. J'ai de gros problèmes avec l'heure. Parfois je fais très bien des choses assez complexes, mais d'un coup je fais une connerie énorme que je ne vois même pas. Et comme je sais que j'ai ce problème, je ne me fais pas du tout confiance avec les chiffres. Vous non plus, ne me faites jamais confiance avec ça !

23. Tous les hommes qui m'attirent portent la barbe et/ou les cheveux longs. Et les femmes ont généralement des cheveux bouclés. La pilosité est déterminante dans mon attraction vers une personne.

24. Je déteste la musique pop et de façon générale ce qui passe à la radio. C'est une vraie torture pour moi que d'avoir la radio en fond. Les soirées "tendance" sont donc aussi une torture pour moi, ce qui explique que je sorte extrêmement peu et, quand cela arrive, uniquement dans des lieux alternatifs. Le folk et le metal sont mes deux styles de musique préférés. Bon, et le baroque, la "world music" et le punk.

25. Je collectionne les os d'animaux morts, que je récupère sur les bas-côtés des routes. Je collectionne aussi les plumes d'oiseau. Ma chambre est un vrai musée d'histoire naturelle, certaines personnes ne peuvent supporter d'y rester ou encore moins d'y dormir !

 

Laboratorio (2)

 

26. J'aime l'humour absurde et complètement fou. J'aime les gens qui sont capables de faire des choses ridicules ou absurdes juste pour le plaisir, les personnes qui savent rentrer dans le jeu quand l'une commence avec une bêtise, qui savent créer une vraie bulle d'air absurde qui fait du bien au moral et aux zygomatiques. La plupart des gens regardent mes ami-es et moi-même comme de vraies bêtes curieuses, mais on s'en cogne. Se rouler dans la neige ou battre des ailes à vélo vaut bien plus que le poids de leurs regards.

Et je savais bien que j'arriverais à détourner même ce tag très libre ! A vous de me dire, en commentaire, une ou plusieurs choses à choix sur vous. Bonne soirée les chiroptères !

13 septembre 2016

Gnap !

Cet article est prêt depuis octobre 2015 mais je l'ai tout simplement oublié dans le fatras des messages de ce blog. Je le publie donc aujourd'hui car il est toujours d'actualité.

 

(je n'avais pas d'inspiration pour le titre)

Ca fait quelques mois maintenant que je teste différents soins dentaires (bah oui, quand tester des soins capillaires c'est la vraie galère, on s'amuse avec ce qu'on peut niveau cosmétique bio), en plus de mon dentifrice bio. Bien sûr, l'idée est toujours d'utiliser des soins biologiques et les plus simples possibles... mais aussi d'éviter les produits trop abrasifs. Nouillémie en a parlé dans un très bon article, que je vous invite à lire (si ce n'est déjà fait) avant de poursuivre le mien. Donc pour moi, pas d'argiles, pas de bicarbonate, en tout cas pas régulièrement : une fois par semaine peut-être, mais pas plus !

 

Nouillémie a parlé du savon comme dentifrice, et j'avoue que c'est une très bonne solution. J'ai personnellement une amie qui réalise des savons par saponification à froid, avec des graisses/huiles biologiques, et avec des grains de lavande, ils sont très doux pour le corps (même mon ami le Boeuf Musqué peut les utiliser, pourtant sa peau hyper sensible ne supporte aucun savon classique), je n'ai pas encore osé les tester sur les cheveux mais je pense qu'ils fonctionneront bien aussi. Et pour se brosser les dents, c'est vraiment bien. Non, ce n'est pas dégueu comme le cliché ! On peut ajouter un peu d'HE de menthe poivrée si on veut.

 

coconut-water

 

J'ai aussi découvert par hasard la technique du oil-pulling. J'ai testé un peu pour rigoler, et finalement j'aime vraiment bien. Il s'agit de faire circuler dans la bouche de l'huile de coco pendant un bon bout de temps, puis de la cracher. J'ai lu quelques fois qu'il faut ainsi faire circuler l'huile de coco vingt minutes dans la bouche, personnellement j'ai des crampes aux joues et j'en ai marre après 5-10 mn, alors je ne fais pas plus longtemps. Et ça semble marcher tout aussi bien : dents vraiment lisses et propres (et qui blanchissent doucement au fur et à mesure des utilisations, cadobonux). Ce qui est chouette c'est qu'on peut faire autre chose en même temps, personnellement j'oil-pull en marchant le matin pour me rendre à mes cours. Après il faut bien cracher l'huile, qui est chargée de dépôts et de bactéries, et ce que je préfère c'est d'ensuite rincer avec un peu d'eau salée afin d'enlever la sensation huileuse. D'ailleurs notez bien qu'il est important de prendre de l'huile de coco et non n'importe quelle huile : j'ai testé avec d'autres au début, mais peu sont anti-bactériennes comme celle de coco... et puis la sensation de gras dans la bouche est très difficile à supporter je trouve ! L'huile de coco n'est pas trop visqueuse et a bon goût en tant que telle, alors ça passe.

(Petite parenthèse ici pour dire que la seule chose que je reproche à l'huile de coco, c'est qu'elle vient forcément de loin, de très loin. C'est un produit extraordinaire mais qui met à mal ma conscience écologique niveau importation. Je veille à toujours la choisir biologique et issue du commerce équitable, mais ce n'est toujours pas idéal. De façon générale j'ai beaucoup introduit de produits de coco dans ma nourriture ces derniers temps, peut-être depuis que j'ai énormément réduit les produits laitiers. Je souhaiterais m'en passer mais ce n'est pas évident !)

Je vous encourage à visionner la vidéo sur le oil-pull de Holistic Habits, la youtubeuse qui m'a fait découvrir cette technique, elle est complète et bien fichue. D'ailleurs elle a également fait une autre vidéo à propos du blanchiment des dents, alors personnellement la fraise m'est impossible vu que j'y suis allergique, mais un autre ingrédient qu'elle cite est devenu l'un de mes favoris en soin dentaire également :

 

Le curcuma en poudre est très efficace pour se brosser les dents ! Il suffit de tremper votre brosse à dents humide dans un pot de curcuma en poudre et de vous brosser normalement les dents. Vous pouvez ajouter un chouia de dentifrice (bio) ou de savon si vous avez besoin que ça mousse, mais ça marche aussi très bien tout seul. Le curcuma rendra votre brosse jaune ainsi que votre langue, mais vos dents blanches (cherchez pas...), et surtout c'est un très bon désinfectant ! D'ailleurs je vous déconseille de l'utiliser trop souvent (2-3 fois par semaine pour ma part), je sens bien chez moi que ça irrite un peu la langue si on le fait trop souvent.

 

shutterstock-curcuma-epice-sante-longue-vie-01

 

Enfin il m'arrive de simplement me brosser les dents avec un peu d'eau salée. Je ne mange que très peu de sucre raffiné (sauf dans le chocolat !), donc j'ai souvent plus besoin du brossage lui-même que d'un produit en particulier.

 

Voilà pour ce petit tour de ma routine dentaire ! Comme pour les cheveux, essayez ce qui vous tente ! Et personnellement j'applique la même logique à mes dents qu'à ma peau ou mes cheveux : je change régulièrement. Car tel produit peut être efficace sur un plan et non sur un autre, ou peut s'avérer agressif si utilisé trop régulièrement (cf. le curcuma). Donc autant avoir une palette d'outils dans laquelle on peut piocher en variant à chaque fois !

Comment prenez-vous soin de vos dents au naturel ? Avez-vous un dentifrice biologique favori ? Utilisez-vous l'argile ou le bicarbonate ? Saviez-vous que c'est très abrasif ? Aviez-vous entendu parler du oil-pulling ? L'aviez-vous testé (peut-être, comme moi, pour rigoler) ? Connaissez-vous d'autres produits simples que l'on peut utiliser pour les soins dentaires ? Avez-vous eu de mauvaises expériences avec l'un ou l'autre ?

Posté par La Chevelue à 19:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
07 septembre 2016

Articles : loups & odeurs corporelles

Bon matin ! Je vous partage deux articles que j'ai trouvés très intéressants aujourd'hui :

Le premier parle de la problématique des loups en Europe et plus précisément présente un résumé (très, très succint, on est d'accord) de ce qui est efficace ou non pour protéger les troupeaux des attaques du grand prédateur : Biologie : abattre des loups fait augmenter les attaques

topelement

Le second s'intéresse à nos odeurs corporelles, à l'histoire des idées qu'on leur a associées depuis bien longtemps et de leur rôle dans les relations sociales humaines ainsi que dans notre intimité et sexualité : Pour tisser du lien, acceptons nos odeurs

J'en profite pour vous recommander le magazine (sur papier ou en ligne) KAIZEN, qui regorge de réflexions intéressantes, d'idées alternatives, d'articles bien construits, toujours autour de la décroissance, de la sobriété heureuse, d'un monde alternatif plus ouvert, plus sain, plus relax...

06 septembre 2016

L'école et les gosses

Juste un petit message pour partager un article que j'ai beaucoup apprécié : L'école peut étouffer la mécanique d'apprentissage des enfants

Une expérience menée par une institutrice dans des classes de 3-5 ans montre que les enfants à qui on laisse le choix de leur activité, et de la durée de celle-ci, apprennent mieux les disciplines scolaires et rattrapent leurs lacunes... Ca fait réfléchir !