C'est un mot qui revient souvent dans la bouche des gens qui m'écoutent (ou m'entendent) parler des choses qui me tiennent à coeur. Notamment l'environnement, la société de consommation, le respect des autres, la nourriture, la Nature, l'Histoire, l'artisanat.

P1160159

(toutes les photos sont (c) Libellule)

Je pense que la Terre, notre environnement, celle dont TOUT vient, devrait être la priorité absolue de toute société, qu'on devrait penser à elle avant notre petit confort ou notre réussite aux yeux des autres par exemple. Extrémiste ! Je pense que les usines fabriquent surtout de la misère et une écrasante majorité de produits inutiles, et qu'on ferait mieux de revenir à l'artisanat. Extrémiste ! Je pense que la nourriture est la première médecine, et j'opine du chignon quand Pierre Rabhi dit qu'au lieu de se dire "bon appétit" avant un repas, on devrait plutôt se souhaiter "bonne chance", vu la quantité de merdasses qu'il y a dans nos aliments. Extrémiste ! Je pense que laisser à une autre espèce le choix de nous servir ou disparaître est une atrocité, et j'ai donc beaucoup de mal à rester calme quand on me parle d'abattage. Extrémiste ! Je pense qu'on a beaucoup plus besoin de grattouilles, de massages, de discussions sympathiques, bref d'endorphines, que d'objets high-tech pour aller bien, et qu'on ferait peut-être bien de jeter les seconds pour retrouver plus des premiers. Extrémiste ! (En même temps, je suis parfaitement consciente de l'alliage de métaux et de plastique qui me sert à écrire ces lignes.) Je pense que les sociétés dites traditionnelles, celles qui vivent directement à la source de ce qu'elles peuvent se procurer dans la Nature, sans électricité, sans eau courante, ni information mondiale, ne sont pas "sous-développées" mais qu'elles sont aussi belles et fortes et intelligentes que la nôtre, si ce n'est beaucoup plus, car la plupart d'entre elles ne détruisent pas leur propre environnement comme nous le faisons. Et je pense aussi que, quelques siècles en arrière dans l'Histoire, nous Occidentaux n'étions pas si loin d'elles, et que nos ancêtres Celtes, Hellènes, Germains, Francs, Romains, Rus, ont bien réussi à vivre très longtemps dans des modes de vie qui nous paraissent aujourd'hui atrocement durs, que ce sont nos ancêtres et que donc si nous sommes ici aujourd'hui c'est grâce à ces peuples et qu'on ferait bien de fermer nos grandes bouches au lieu de critiquer et regarder de haut avec notre "progrès". Extrémiste !

P1160193

Je ne sais pas si je suis extrémiste, et je m'en fous. J'essaie simplement d'avoir l'oeil ouvert et de ne pas accepter bouche ouverte tout ce qu'on me matraque dans ma société comme parole sacrée. J'essaie de regarder d'une façon réaliste, logique, saine et respectueuse comment je pourrais et voudrais vivre, et pourquoi. Et ensuite, j'essaie de voir comment concilier ça avec les foutus troncs d'arbres que la société de consommation met dans les roues de mon vélo. Et souvent, je n'ai pas de réponses, ou je m'aperçois que mes idées d'il y a quelques mois étaient illogiques ou impossibles. Mais je continue d'essayer, et j'ai le sentiment d'avancer gentiment vers quelque chose de toujours plus stable, logique, sensé et sain. Mes idées s'affinent, s'affûtent, mes arguments aussi, et mon courage et ma détermination grandissent.

mousses beurre

(sauf celle-ci qui est (c) Jean-Louis Michelot)

Le monde que nous connaissons NE PEUT PAS continuer. Peut-être deux ans, peut-être dix ans, peut-être 60 si on s'y accroche vraiment comme des huîtres à un poteau d'amarrage et que la mer ne nous balaie pas trop vite. Mais il est IMPOSSIBLE de considérer comme viable une croissance infinie dans un monde fini. On ne fait que repousser l'échéance, et plus elle sera repoussée, plus elle risque de nous tomber dessus avec violence, à mon avis (et on est déjà en train de la repousser depuis des siècles). Alors je sais très bien ce qu'espèrent pas mal de gens (celleux qui ont connaissance du problème mais dont les bras tombent) : "j'espère que ça tiendra jusqu'après mon temps." Mais quel est donc ce monde où on souhaite une catastrophe pour nos enfants, tant que nous-mêmes ne sommes pas touché-es ?

P1160246

"Quand le dernier arbre aura été abattu,

Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,

Quand le dernier poisson aura été péché,

Alors on saura que l'argent ne se mange pas."

Géronimo